Pèlerinage artistique à Java

Auteur de l’article : Géraldine Rué
Site : www.lemonde.fr / www.asia.fr

Capitale culturelle de Java, Yogyakarta est connue pour son patrimoine architectural et archéologique. Mais bien plus que la visite de temples et de palais, ma découverte devient très vite un pèlerinage au cœur des traditions javanaises.

Mon arrivée coïncide avec l’anniversaire d’une personnalité de taille en Asie du Sud-Est : Bouddha. J’ai la chance d’assister à la cérémonie vesak qui commémore la naissance, l’éveil et la mort du fondateur de la religion bouddhiste. Chaque année pour la pleine lune de mai (ou parfois début juin), processions et prières ont alors lieu dans de nombreux temples de Java jusqu’a la tombée de la nuit.

BL-Pelerinage-Art-Java-02Cette année, le temps fort du Vesak est très exactement à 23h 18, quand la lune devient pleine. Cet instant précis est signalé d’un grand coup de gong, suivi d’une médiation silencieuse qui durera près d’un quart d’heure, moment de communion suivi par la bénédiction de chacun par les moines.

L’intensité de cette cérémonie en ferait presque oublier que Java a été islamisée à partir du XVème siècle et qu’elle est aujourd’hui majoritairement musulmane. Cependant, d’autres cérémonies bouddhistes ou hindouistes sont également pratiquées sur l’île qui compte de nombreux temples et parmi lesquels le plus grand monument bouddhiste d’Asie : Borobudur.

BL-Pelerinage-Art-Java-03Situé à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Yogyakarta, ce stûpa de quatre étages a été au 8ème siècle le plus important lieu de pèlerinage bouddhiste d’Asie. Splendeur abandonnée au 12ème siécle très certainement à cause de l’activité du volcan Merapi, il fallut attendre le début du 19ème siècle pour que ce site soir redécouvert. Après une restauration qui coûta près de 25 millions de dollars, le temple est prêt à accueillir des pèlerins mais aussi des touristes. Ils étaient près 8 millions à venir visiter Borobudur cette année !

BL-Pelerinage-Art-Java-04Si les impatients découvrent ce site en gravissant ses escaliers tout droit pour en atteindre le sommet, seuls les initiés scrupuleux rendront hommage à la fonction première de ce temple : Borobudur marque en effet la fin d’un pèlerinage et chacune de ses terrasses est décorée de deux galeries racontant les différentes étapes de la vie de Bodhisattva Sudhana, de sa vie de prince jusqu’à son statut de Bouddha. Si vous voulez bien faire, chers voyageurs, il vous faudra donc faire plusieurs fois le tour de chaque terrasse afin de profiter pleinement de ces enseignements spirituels. Un pèlerinage en soi…

BL-Pelerinage-Art-Java-05Au sommet du stûpa 72 niches abritent pas moins de 423 bouddhas dans l’une des cinq mudras (positions symboliques et codifiées des mains). Seule la plus grande niche est vide, pour symboliser la perfection. Appréciez ce moment bien mérité, la vue y est en plus spectaculaire !

BL-Pelerinage-Art-Java-06Après l’incontournable visite de Borobudur, reste encore à découvrir la vie artistique de Yogyakarta, foyer culturel le plus actif de l’île. Cette ville regorge de beautés architecturales parmi lesquelles le palais du Sultan à l’entrée duquel les sonorités du gamelan accueillent les visiteurs.

BL-Pelerinage-Art-Java-07Petite curiosité : les serviteurs du palais dont les fonctions semblent consister à être assis là jusqu’à midi, parfaitement alignés et surtout sans rien faire.

BL-Pelerinage-Art-Java-08Si les plus expérimentés portent à leur ceinture un kris, couteau en bois qui aurait des vertus spirituelles, sachez que ces braves hommes exercent chaque après-midi un tout autre métier et qu’ils vivraient mieux en travaillant à temps plein. Mais tous sont fiers d’être au service de leur Sultan, personnalité très appréciée.

BL-Pelerinage-Art-Java-09Mon séjour coïncide aussi avec le festival annuel Art Jog, grande foire d’art contemporain qui réunit les plus grands collectionneurs d’Asie du Sud-Est. Parmi les figures importantes de cet événement, le Dr Oei Hong Djien qui a ouvert en 2012 un musée, troisième lieu où sont exposées les pièces de sa collection.

BL-Pelerinage-Art-Java-10« Il faut savoir se concentrer sur quelque chose de précis, sans ça, on ne peut rien faire d’exceptionnel » explique-t-il. Son musée OHD de Magelang est en effet entièrement dédié aux artistes modernes et contemporains indonésiens. « L’Indonésie est tellement riche culturellement ! termine-t-il, et ce n’est pas nouveau, il suffit d’aller voir Borobudur pour comprendre que ce pays est une niche d’artistes inspirés depuis plusieurs siècles ! »

BL-Pelerinage-Art-Java-11La capitale culturelle de l’île réunit d’autres collectionneurs passionnés que l’on rencontre même là où on s’y attend le moins : ma dernière soirée se passe dans l’hôtel D’Omah Jogja, dont le propriétaire Warwick Purser est un des plus actifs contributeurs du festival Art Jog. Confidentiel et raffiné, son établissement est à l’image de son amour pour la culture javanaise. Retenez cette adresse pour votre prochain séjour… Le restaurant de l’hôtel est ouvert sur les rues du village et à la tombée de la nuit, les repas se passent non pas sur un air de javanaise, mais sur les mélodies de kronchong. Ces chants accompagnés d’instruments portugais sont l’héritage d’une communauté d’esclaves de Ceylan que les Hollandais avaient fait venir en Batavia au 17ème siècle. Doux et mélancoliques, ils vous rendront nostalgiques de Java, avant même de l’avoir quitté…

Géraldine Rué

About the Author: support